fbpx

Portrait de Filip, guide culturel malvoyat au Grand Hornu

Filip Depuydt a 58 ans et est malvoyant. Originaire de Ypres, il habite maintenant à Mons. Après une jeunesse riche en aventures, ce flamand a trouvé l’amour en Wallonie et s’y est installé pour de bon. Nous vous expliquons ci-dessous comment il est devenu guide dans la région du Borinage au Grand Hornu et comment il gère son quotidien malgré une vue réduite.  

Lisez ou écoutez son histoire ci-dessous.

Jeunesse et vie professionnelle 

Filip passa son enfance et sa scolarité de façon on-ne-peut plus ordinaire. Sa vie de jeune homme fut riche en activités : moniteur de mouvements de jeunesse, pompier volontaire, secrétaire d’un club de cyclotourisme, etc. Après les secondaires, il fit des études en secrétariat langues modernes à Courtrai. A l’époque, il adorait conduire en voiture, à moto, etc. Filip démontrait déjà une volonté de se démener au quotidien. Vers l’âge de 25 ans, la rétinite pigmentaire, maladie héréditaire et évolutive, s’est manifestée dans sa vie. Cela a rendu la pratique de ces activités compliquée. Pour autant, Filip n’a pas baissé les bras.

Vers la fin de ses études, ses yeux le fatiguaient beaucoup, il avait plus de difficulté à lire, etc. Après les études, Filip commença à travailler chez IBM, en région de Bruxelles, l’amenant à faire une formation à La Hulpe. Là-bas, il fit la rencontre de sa femme, Dominique. Ils vécurent quelques années à Bruxelles mais la vie étant trop chère à la capitale ils décidèrent de s’installer à Saint Ghislain, dans le Borinage, sa femme étant originaire de cette région.  

Afin d’éviter les trajets vers Bruxelles chaque jour, Filip voulut changer de travail. A l’époque, les questions d’inclusivité et d’intégration de personnes porteuses d’un handicap étaient moins développées. En outre, Filip dû essuyer plusieurs refus après quelques candidatures. Comme son handicap nécessite l’installation de matériel technique, les employeurs étaient hésitant et préféraient engager quelqu’un d’autre.  

 

© Delphine Devos, visitmons.be

 

Guide culturel au Grand Hornu, dans le Borinage 

La chance finit par sourire à Filip. En 1997, une belle opportunité s’est présentée à lui : une formation en tant que guide culturel dans la région du Borinage. Cela lui permit d’en apprendre plus sur l’histoire, la culture, l’art et les traditions de la région. Par exemple, il fallait prêter attention à beaucoup aux détails dans les églises à présenter, etc. C’était beaucoup d’informations à retenir pour Filip, il devait tout apprendre tout par cœur. Afin d’étudier ses cours, il faisait des enregistrements audios 

Pour passer son examen, il a demandé à son professeur de pouvoir le passer de façon orale mais cela lui fut refusé. Alors le jour de l’examen, il a débarqué dans le local avec un modèle de vidéo-loupe d’époque, très volumineux et lourd… Le professeur ne se rendait vraiment pas compte du matériel que cela nécessitait. C’était pourtant sa seule solution pour pouvoir répondre au questionnaire. Heureusement, de nos jours, ces adaptations se sont modernisées et les enseignants sont mieux renseignés sur ces sujets.  

Au début des années 2000, le MACS (Musée des Arts Contemporains du Grand Hornu) ouvrit ses portes, permettant à Filip de postuler pour un job en tant que réceptionniste et guide. Ses connaissances des langues (français, néerlandais, anglais, allemand…) furent appréciées. Ainsi, une nouvelle aventure professionnelle s’ouvrit à Filip.  

Au départ, Filip utilisait une vidéo-loupe afin de s’y retrouver dans l’information au travail. Au fil des années, d’autres adaptations furent nécessaires comme la renaissance de texte ou l’agrandissement sur écran d’ordinateur. En outre, Filip utilise actuellement Kurzweil et Zoomtext.

Filip donne aussi des visites d’expositions de design, d’architecture et d’arts appliqués. Afin de s’aider à préparer ses visites, il enregistre les informations données par le commissaire d’exposition via son Milestone. Filip se sent reconnaissant d’avoir trouvé cet emploi qui lui permet de partager ses connaissances et d’échanger avec le public.  

Filip est aussi très impliqué dans la vie culturelle de Mons. Notamment, en 2015, quand Mons fut Capitale européenne de la culture. Il propose aussi des visites guidées sur la vie de Van Gogh dans le Borinage. Avec l’argent récolté, Filip organise une fête au mois de juillet dans la région. Il considère cela comme étant une contribution à la communauté locale. Cette fête est accessible gratuitement et se produit cette année le 27 juillet. Tout le monde est bienvenu. A côté de ces activités culturelles, Filip fait aussi de la musique : il joue un peu d’harmonica et de saxophone. 

Des aides qui facilitent son quotidien 

A côté des appareils destinés à l’aider au travail, Filip utilise aussi un iPhone au quotidien pour communiquer et avoir accès à l’information, via VoiceOver. Pour en apprendre plus sur les sujets qui l’intéressent, Filip a aussi recours à des livres audios. D’ailleurs, il écoute encore souvent des livres en néerlandais via la bibliothèque en ligne Luisterpuntbiblioteek. Notez que cette plateforme peut aussi être intéressante aussi pour les francophones : dans leur catalogue en ligne, vous trouverez aussi une série de livres en français. Pour Filip, la lecture audio est plus facile car cela lui permet de faire d’autres activités en même temps : tondre, promener le chien, faire du jogging, etc.  

Pour avoir accès au contenu de magazines de façon audio, Filip est abonné à Transkript. Ce service propose différentes formules afin d’être toujours au courant de l’information dans le monde. Pour rester informer de ce qu’il se passe en Flandre, Filip regarde aussi régulièrement la VRT en activant l’audiodescription, il trouve qu’en général l’équipe de la VRT fait du bon travail à ce niveau-là. Il aime suivre des documentaires, des shows télévisés comme l’Eurovision ou encore des événement sportifs.

A côté du vélo, pour se rendre au travail, Filip fait aussi du jogging. Afin d’y voir plus clair et de se signaler pour les automobilistes, il place une lampe sur son maillot de sport. Quand il y a beaucoup de soleil, Filip porte aussi des lunettes spéciales PUV qui protège ses yeux. En ce qui concerne les courses et la cuisine, Filip peut compter sur l’aide de sa femme qui est bonne cuisinière.  

Point de vue mobilité, Filip est content de pouvoir se rendre chaque jour au travail en vélo, le musée n’étant qu’à 8 km de distance de son domicile. Cependant lorsqu’il fait mauvais, il préfère prendre le train. De façon générale ça se passe bien mais il regrette parfois certains imprévus. Par exemple, lorsqu’un train arrive à un autre quai que prévu et que c’est annoncé à la dernière minute, ce n’est pas très confortable pour lui en tant que malvoyant.  

 

Une vie de famille bien remplie

Filip est très bien entouré à la maison. Son épouse s’occupe de beaucoup de choses, sans elle, dit-il, la vie serait beaucoup plus compliquée. Ils font beaucoup de choses ensemble : sortie, voyages, participations à des événements, … Filip se sent comblé auprès d’elle. Dans les années 90 ils ont eu le bonheur d’accueillir 2 filles avec lesquelles Filip a su tisser un lien très fort. A la maison, ils ont un tandem qu’il utilise avec une de ses deux filles quand il faut parcourir des distances plus longues. Ils ont notamment participé à une version pour amateurs du Tour des Flandres.  

D’autre part, sa fille ainée est maman de 2 jeunes enfants, Filip et Dominique sont donc grands-parents. Ils aiment passer beaucoup de temps avec leurs petits-enfants. Récemment ils sont allés ensemble au Center Parcs.  À la maison, Filip et son épouse ont adopté il y a quelques années un chien, Onyx, et un chat, Yuka, qu’ils ont trouvé abandonnés dans leur voisinage. Ils sont heureux de pouvoir profiter de leur compagnie au quotidien. 

 

Un mot pour la fin

Filip est épanoui dans la vie, après tous projets accomplis et ceux prévus pour l’avenir, il se sent heureux. Tout n’est pas parfait mais Filip se sent vraiment reconnaissant quand une personne voyante fait un effort pour se mettre à sa place et comprendre sa réalité en tant que personne malvoyante. Le conseil que Filip aimerait donner aux autres est de sortir de chez soi un maximum et créer des relations fortes avec les gens rencontrés en route, aussi bien dans un contexte professionnel qu’en famille ou avec des amis, etc.   

C’est un bon conseil pour conclure. Nous remercions très chaleureusement Filip pour cette conversation, pour son ouverture d’esprit et pour avoir pris le temps de répondre à nos questions.  

Vous voulez figurer aussi dans cette rubrique

N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante : vision@sensotec.be .

All Rights Reserved to Sensotec ® | Webdesign Webit